Challenge AZ 2018, Cirque

M comme Ménagerie Pezon

La plupart des cirques du XXème siècle étaient des cirques-ménageries. Cette fusion se fait suite à la perte de popularité des grandes foires foraines après la 1ère Guerre Mondiale. Les ménageries allaient déjà de ville en ville à contrario des cirques qui étaient construits en dur à de rares exceptions.

L’une des plus connue fut la Ménagerie Pezon créée par Jean-Baptiste Pezon (1827-1897) un célèbre dompteur lozérien. Il nait à Rimeize. Il est le fils de Catherine Cornut  et de Jean-Baptiste Pezon, journalier, puis marchand colporteur. Baptiste sera ajouté par la suite à son prénom Jean.

Jean Baptiste a une sœur et 5 frères :

  • Catherine (1830- ?)
  • Pierre(1825-1895)
  • Jean(1831-1874)
  • Jean Antoine (1835- 1839)
  • Théodore (1840-1880)
  • Justin (1846-1875).

Après une enfance passée dans son village natal, l’histoire explique qu’il avait capturé un loup, et qu’il s’en alla sur les chemins montrer son loup.

En 1848, il achète son premier  lion.

En 1855, il épouse Philomène Muret à Rimeize (48). Il est devenu « directeur de ménagerie ».

Ces parents décèdent : Jean Baptiste le 15 mars 1849 et pour Catherine le 7 février 1875 à Rimeize.

Il s’associe à son frère Jean et crée la Ménagerie Pezon. Ils ont acheté une cage où ils montrent des fauves, mais aussi des serpents, des singes …

Parallèlement il investit dans la pierre en achetant une auberge à Saint Chély D’apcher en 1864. Les familles Pezon et Bonnefous devait se fréquenter.
Camille Bonnefous (père de Marie Gabrielle Bonnefous-Amar) sera le témoin de la naissance d’Emile le quatrième enfant de Jean-Baptiste et Philomène.

En 1866, la famille Pezon connaîtra quelques déboires : leurs animaux seront empoisonnés dont 17 chevaux qui tiraient les roulottes cages. Jean Baptiste achète une ménagerie en Italie, grâce à un prêt, sa famille ayant refusé de l’aider.

Un lion ayant appartenu à la Ménagerie Pezon sera porté à la postérité. Il s’agit du Lion Brutus (il y eut apparemment plusieurs Brutus) qui servit de modèle à Bartholdi pour le Lion de Belfort.

Il achète une maison à Montreuil (93) au 6 rue Gutenberg. Peu habitée par son propriétaire, la maison recevra des locataires et sera transformée en musée pour ses animaux défunts naturalisés. Le parc de la propriété sera parsemé d’enclos et de cages pour les animaux.

Au sommet de sa gloire et très riche, il préfère continuer à vivre dans sa roulotte dans laquelle il décède le 13 novembre 1897.

Il est enterré au Cimetière du Père Lachaise, 86ème division, 4ème ligne, numéro 47. Le tombeau a été acheté le 29 avril 1877 (5 jours après le décès d’Emile).

La sculpture est réalisé par Prosper Lecourtier, représente Jean Baptiste assis sur un lion.

La ménagerie sera reprise par Adrien l’aîné des fils.

Généalogie de Jean-Baptiste Pezon

Jean dit Jean-Baptiste naît le 16 juin 1827 à Rimeize. Il décède le 10 novembre 1897 à Paris 18ème arr.

Il épouse Philomène Muret le  6 février 1855 à Rimeize. Elle naît le 14 janvier 1838 à Rimeize et décède en 1908 (Lieu inconnu).

De l’union de Jean-Baptiste et Philomène naitront six enfants.

  • Maria Marguerite naît le 27 mai 1864[1] à Uzès (30) . Elle épouse le 5 août 1886 [2] son cousin germain Gilbert (dit Alexandre) fils de Jean. Elle décède le 26 octobre 1894 [3]à Angoulême (16). Elle est inhumée au cimetière du Père Lachaise.
  • Désiré naît le 5 décembre 1865 à Pont l’Evêque (14). Il décède le 24 mai 1867 à Aurillac (15).
  • Jean Adrien naît le 4 janvier 1871 à Bruxelles. Sa fiche matricule le voit par 2 fois ajourné (faiblesse), puis en 1893 exempté pour bronchite chronique. Il décède en 1920 (date figurant sur le caveau du cimetière du Père Lachaise).
  • Emile naît le 3 février 1872 à Evreux. Le témoin est Camille Bonnefous devenu restaurateur. Il serait décédé le 24 avril 1877 à Saint Denis[4] (93).
  • Baptistine naît le 22 mars 1873 à Hazenbrouck (59) – Elle épouse son cousin germain Edmond Pezon fils de Théodore. Elle décède en 1902 (date figurant sur le caveau du cimetière du Père Lachaise).
  • Théodore naît le 26 février 1875 à Paris 11ème arr et décède le 24 septembre 1884 à Paris 12ème arr. Il est inhumé dans le tombeau familial.

Nous retrouverons la famille Pezon à la lettre O comme on va tous à la foire au pain d’épices.

 

Source :

Mucem – Wikipédia – Nathalie Deux, Une épopée de légende : Jean-Baptiste Pezon.

[1] Nathalie Deux, Une épopée de légende : Jean-Baptiste Pezon.

[2] il existe une deuxième publication de mariage en  date du 4 juillet 1886 à Montreuil. Les archives de Seine Saint Denis n’étant pas en ligne, le mariage ne peut être vérifié

[3] Idem note 1

[4] Idem note 1

Publicités

1 réflexion au sujet de “M comme Ménagerie Pezon”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s