Challenge AZ 2018, Cirque

F comme Foottit : George Foottit dit Géo Foottit

 

William Victor nous emmène sur les traces de son grand-père George Foottit du duo Foottit et Chocolat.

Laissons la parole à William Victor :

Etant né en 1920, j’étais trop petit pour me souvenir de lui. Mon grand-père George est né à Manchester le 24 avril 1864. Enfant de la balle, son père et mon arrière-grand-père, George Foottit, est directeur de cirque et sa mère, Sarah Crockett, écuyère.

C’est grâce au recensement de 1871 que l’on connait la composition de la famille (disponible pour 1861 et 1871 sur Ancestry). George a une petite sœur, Sarah, mais aucune certitude sur une fratrie plus nombreuse.

Le recensement de 1861 ne fait état que du couple, sans enfant. George père serait né entre 1837 et 1838, quant à Sarah elle serait née vers 1841. George serait décédé le 28 avril 1874  (les actes n’ont pas été pour le moment retrouvés)

Jusqu’au 6 juillet 1871, George père est le directeur du « Great Allied Circus », associé avec Anthony Powell et  Alfred Clarke. La société qui les unissait est liquidée à cette même date.

Traduction :

Par la présente, avis est donné que la société en nom collectif subsistant entre nous, soussignés, Anthony Powell, George Tudor Hall (alias George Foottit) et Alfred Clarke, exerçant l’activité en Angleterre et ailleurs d’un cirque ou établissement équestre, appelée ou connue sous le nom Great Allied Circus, sous la raison sociale Powell, Foottit et Carke, est dissoute et prend fin ce jour par consentement mutuel, cette dissolution prenant effet le 7 juillet courant. Toutes les dettes dues ou à devoir par ladite société en nom collectif seront reçues et payées par ledit George Tudor Hall (alias George Foottit). – En témoignent nos signatures ce 6e jour de juillet 1871.

On peut remarquer que George Foottit et George Tudor Hall sont une seule et même personne. Le patronyme de Foottit fait débat. De nombreux écrits divergent sur cette question.

Dès son plus jeune âge, il paraît sur la piste avec son père dans de petits rôles, habillés tous deux la même manière : « maillot collant, garni à la hauteur des reins d’une trousse bouffante, veste blanche ajustée, parsemée de motifs rouges et noirs ».

En novembre 1872, il est envoyé au collège d’Arnold près de Nottingham. Il en sort au décès de son père en 1874.

Sa mère se remarie ensuite avec Thomas Baty ou Batty le 4 février 1875 (source : Les clowns, Tristan Rémy). Ce dernier, écuyer, aurait repris la direction du cirque. Toutefois, on ne retrouve pas trace d’une nouvelle société après la dissolution de 1871.

George ne s’entend pas avec son beau-père. Il rejoint son oncle Lord George Sanger, propriétaire du plus important cirque anglais, le Sanger’s Circus, où il débute comme écuyer.

En 1883, il épouse Rose Buttefield dans le quartier de Lambeth au centre de Londres. Thomas William dit Tommy, mon père, naît en  1884 toujours dans le quartier de Lambeth, ainsi que mon Oncle George Arthur dit Georgey en 1886, puis vient Lily en 1888.

Il fait de fréquents allers-retours entre le continent et le Royaume-Uni. George débute comme clown en France à Bordeaux avec le Cirque Continental.

La famille quitte Londres pour Paris probablement fin 1888 début 1889. En effet, mon grand-père débute au Nouveau Cirque en mars 1889.

La carrière de Géo Foottit prendra son essor grâce à son duo avec Chocolat.

Cette histoire est consultable sur plusieurs sites notamment sur CircopédiaCircus Parade.

Le 4 juin 1892 naît mon oncle Harry à Paris 1er arr. au 257 rue Saint-Honoré, à deux pas du Nouveau Cirque (251 rue Saint Honoré).

Ma grand-mère Sarah nous quitte le 17 juillet 1905 à Paris 8ème arr. au 10 de la rue de Miromesnil.

George se remarie avec Annie Louise Ashley, probablement en 1909. Il existe bien un mariage d’un George Foottit en 1909 à Londres sur Find My Past  mais le nom de l’épouse ne correspond pas.

Find My Past est un site payant anglais sur lequel on peut retrouver des ancêtres anglais.

En 1910, Foottit et Chocolat sont licenciés. Les conséquences pour les deux hommes seront considérables et les verront sombrer au fil du temps dans l’oubli, même s’ils continueront à exercer leur art avec leurs fils respectifs.

Mon grand-père va alors créer le Cirque Foottit, gageant que sa célébrité fera venir le public.

Cirque Foottit – Collection privée William Foottit

 Cirque Foottit 2 juin 1911 – La Presse

L’aventure se termine en fin 1911. Je n’ai pas retrouvé d’autre annonce de spectacle après cette date. Il joue encore sur quelques scènes mais sans succès.

Les diverses biographies attribuent à George, l’achat du bar du 6 rue Montaigne et s’accordent à dire qu’il avait un penchant pour l’alcool et la mélancolie … Sans doute le propre du clown. Travailler dans un bar n’a pas dû arranger ses penchants.

Collection privée William Foottit

Les bottins parisiens de 1923 à 1926 indiquent le nom de Mme Scott à cette adresse. Qui est cette Madame Scott (recherches toujours en cours) ? La succession suite au décès d’Annie Ashley (en 1926) et le procès qui s’en suivit montrent que ce bar n’appartenait pas à George mais à Annie.

Déjà en 1920 un petit encart du journal Le Parisien du 10 avril écrivait :

« Mme Foottit nous prie de déclarer que c’est une ordonnance de non conciliation du 13 mars dernier qui lui a laissé l’administration du bar de la rue Montaigne dont elle est propriétaire et a fait défense à Foottit de « venir l’y troubler ». Elle ajoute que le juge n’a pas ordonné qu’elle devrait verser à son mari une pension quelconque. « 

Certains attribuent à mon grand-père un divorce d’avec sa première épouse, cet article laisse à penser qu’il s’agit de sa seconde épouse et non de la première dont il était en train de divorcer.

Harry, mon oncle, qui se disait héritier de ce bar croyant qu’il appartenait à son père, sera débouté suite au procès qu’il intentera aux héritiers d’Annie Ashley Foottit, mais nous verrons cela lorsque je vous parlerai de lui.

George décède le 29 août 1921 à son domicile du 6 rue Montaigne. Le divorce n’a certainement pas encore été prononcé à cette date, puisqu’il vit encore à l’adresse du bar (pas de transcription dans l’état civil de Paris).

Acte de décès de George FOOTIT

Sa tombe est visible au Cimetière du Père Lachaise, division 93.

 

 

 

 

 

Le Journal du 7 juillet fait état du décès d’Annie Ashley épouse Foottit:

Vérification faite, elle n’est pas enterrée avec mon grand-père.

Arbre Foottit

Demain je vous raconterai l’histoire de mon oncle George Arthur dit Georgey.

Post scriptum : le film, ce qui est vrai ce qui est faux…

Jeune Afrique

Africultures livre l’article le plus complet sur le film . A mon sens (cela n’engage que moi) c’est la meilleure critique du film qui m’a beaucoup déçu, car trop loin de la réalité sans servir réellement l’Histoire.

Quelques apports complémentaires :

Les trente premières minutes sont complètement fictives.

A la 40ème minute : Chocolat demande à Foottit  :

  • « t’as une amie ? « 
  • « Une famille cachée? ».

Foottit ne répond pas. Les biographies n’ont jamais omise la famille de George Foottit.

A la 73ème minute : Il existe bien un jeu Foottit et Chocolat

Ce diaporama nécessite JavaScript.

98e minute : Chocolat décède au Cirque Rancy. Foottit n’est probablement pas venu à son chevet. Ce qui semble plus vraisemblable, c’est que ce rôle a pu être tenu par son fils George dit Georgey, qui déclare le décès à la mairie de Bordeaux. Mais si ce choix de scénario avait été fait, il aurait fallu dire que Foottit avait une famille et qu’il n’était pas ce personnage solitaire et peut être homosexuel. Le fils de Marie est aussi le fils de Chocolat. Il n’était pas blanc comme le montre le film.

Pour un film qui voulait retracer l’histoire du 1er clown noir, il aurait été intéressant que la réalité historique ne soit pas déformée. Cela n’aurait rien enlevé à la qualité du film ni à la prestation des comédiens, d’autant que l’ouvrage de Gérard Noiriel était une mine d’informations à porter de mains.

Source :

Collection privée de William Foottit

Chocolat, un film de Roschdy Zem

Gallica : Le Temps – 9 avril 1896 – La confession d’un clown.

Tristan Rémy, Les clowns, Editions Grasset

Gérard Noiriel, Choclat, la véritable histoire d’un homme sans nom, Editions Bayard

Franc-Nohain, Les mémoires de Foottit et Chocolat

Archives Dépatementales de Paris – Fond Haynon / Nouveau Cirque D28 Z 7

Find My Past

Publicités

2 réflexions au sujet de “F comme Foottit : George Foottit dit Géo Foottit”

  1. Je suis un descendant du funambule Blondin dont je suis en train d’écrire la biographie. Je vous signale que Blondin a été engagé du 22 janvier 1872 au 3 février 1872 par le Footit’s Great Allied Circus à Liverpool (voir Liverpool Mail des 13, 20, 27 janvier 1872). Geoge Footit a donc continué seul l’exploitation du cirque, sous son nom, ce que laissait supposer la clause de l’accord de séparation prévoyant qu’il prenait les dettes à sa charge.
    Si cela vous intéresse, je vous communiquerai les coupure de presse ci-dessus référencées.
    Meilleures salutations
    Jean-Louis Brenac

    J'aime

    1. Bonjour Jean Louis,
      Merci de cette information. Je viens de regarder de mon côté si j’avais quelques éléments sur Blondin, en vain. Toutefois je n’ai pas encore photographié la totalité du fond Haynon.
      Je veux bien que vous m’envoyez ces coupures de journaux à l’adresse suivante : sroux-morand@orange.fr
      Belle fin de journée.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s