Challenge AZ 2018, Cirque

A comme AMAR

William Victor Foottit dit Totor ou Foottit selon les époques sera notre fil rouge tout au long de ce challenge AZ.

C’est au Cirque Amar que je l’ai connu entre 1981 et 1982, soit deux saisons; c’est donc avec ce cirque que nous commençons.

Le cirque Amar est fondé par Ahmed Ben Amar Ben El Gaïd et son épouse Marie Gabrielle Bonnefous.

Les différentes biographies placent sa rencontre avec Marie Gabrielle Bonnefous soit en Lozère soit à la Foire du Trône à Paris.

Parcourant les foires à la recherche d’animaux, il rencontre un jour Marie Frédéric Casimir Bonnefous, directeur de la  » Ménagerie Lozérienne  » de Mende.

Ce dernier venait de capturer un loup. Ahmed l’acquiert pour le dresser et en faire une des vedettes de son spectacle. Ainsi aurait-il fait connaissance de Marie Gabrielle, la sœur de Marie Frédéric.
Pour entrer dans la famille Bonnefous, Ahmed dut faire des preuves en entrant dans la cage aux Lions. Satisfait de sa prestation, Marie Frédéric lui vend deux lionceaux. Ainsi débute l’aventure de la ménagerie Ahmed Amar.

Marie Gabrielle est née à Evreux le 10 novembre 1863. A sa naissance son père est concierge des Prisons d’Evreux.

Marie a deux frère plus âgés, Marie Frédéric né le 13 octobre 1854 à Mende (Camille est tisserand), puis Marius le 23 avril 1859 à Evreux, puis une petite sœur, Rose Hélène née le 27 septembre 1867 vient clore le cercle familial (Camille est toujours concierge).

La date de création de la Ménagerie Lozérienne Bonnefous (à ne pas confondre avec la Grande Ménagerie Lozérienne Pezon) est très approximative.

On ne sait pas quand Camille devient forain et commence à dresser et à montrer des animaux. Son petit-fils Mustapha racontait qu’il acheta quelques ours pour monter un Théâtre de Plantigrades. Cette histoire ressemble très fortement à la création de la Ménagerie Pezon[1] originaire de Saint Chély d’Apcher, lieu de naissance de Marie-Julie Rolle, la mère de Marie Gabrielle et épouse de Camille.

Ahmed Ben Amar Ben El Gaïd

De l’autre côté de la Méditerranée, Ahmed Ben Amar El Gaïd est né entre 1852 et 1860 selon les sources à Bordj Bou Arreridj ou el Guéria en Algérie. Il élevait des chevaux en Algérie quand il devint par hasard l’impresario d’une troupe de danseuses exotiques. Fort de ses succès en Algérie, il gagne la métropole,  des rêves de grand chapiteau en tête.

A Paris, les chemins d’Ahmed et de Marie Bonnefous se croisèrent, il épousa la belle et avec elle monta en 1909 la Fosse aux lions Ahmed Ben Amar.

Ahmed et Marie Gabrielle se marient le 16 juillet 1887 à Paris 16ème arr.

 

De leur union seraient nés douze enfants. Je n’en ai retrouvé que 9.

1 / Blanche : née le 28 octobre 1886 à Paris 13. Marie Gabrielle est déclarée domestique. Elle sera légitimée par le mariage de ses parents. Elle ne laisse pas d’autre trace dans les archives.

2 / Amar dit Amar Ainé : né le 7 janvier 1888 à Crugny (51). Il épouse Sarah Milchten le 4 avril 1923 à Paris 18ème On lui prête une aventure avec Florelle, comédienne entre 1930 et 1950. Il décède à Blois le 30 janvier 1963.

 

3 / Ab Del Allah (Abdellah) : né le 2 septembre 1889 à Paris 14ème. Il se marie avec Angèle Lucie Madeleine Ravier le 23 avril 1912 à Paris 12ème Il décède le 15 août 1951 à Châtellerault. Ils auraient eu quatre enfants.

  • René Léopold Ravier né le 4 novembre 1911, légitimé par le mariage d’Abdellah et d’Angèle. Il se marie une première fois à Nice en 1936 puis à Blois en 1959.
  • Elie

    Elie Charles : né le 16 mars 1913 à Paris 12ème Il se marie avec Julienne Désirée Pruvost. Ils auront 3 enfants.

  • Paul (pas de confirmation des informations) .
  • Lucienne (pas de confirmation des informations).

Ab Del Allah travaillera jusqu’en 1922 avec ses frères date à laquelle il prend son indépendance et crée une ménagerie. Il abandonne la ménagerie pour un manège puis une confiserie foraine. Elie et Paul créeront la Ménagerie Moderne. Au début des années 50, Paul vend les animaux au Cirque Gruss.

4 / Ms Saouda : née le 17 décembre 1891 à Redon (35). Elle décède le 1er août 1892 à Vannes (56)

5 / Zouïna : née le 10 décembre 1892 à Rennes (35), elle décède le 27 décembre 1893 à Dunkerque (59).

6 / Mustapha dit Phapha ou le Colonel : né le 1er juillet 1896 à Fontenay Le Comte (85). Il se marie le 6 décembre 1941 à Paris 7ème arr. avec Edith Schmetterling d’origine autrichienne. Il divorce le 2 juillet 1968. Il sera élu maire d’Aumont en Halatte (60) de 1947 à 1960. Il décède le 29 novembre 1980 à Nice.

Mustapha

7 / (Photo) Saïd : ne le 19 novembre 1897 à Rugles (27). Il décède en 1922.

Le journal La Croix du 16 décembre 1922 parle d’un incident survenu à la Ménagerie de M. Amar : «  L’un des frères de M. Amar, dompteur dont la ménagerie est actuellement installée place d’Italie, à Paris a été blessé assez grièvement par sa hyène ».

S’agit-il de Saïd ?

L’état civil parisien reste muet. La lecture Des Cirques des Frères Amar de Dominique Denis, révèlent que c’est Shériff et non Saïd qui fut blessé pour la 11ème fois. L’absence de mention marginale sur son acte de naissance ne permet de localiser son décès pour le moment.

Saïd

8 / Shéril ou Shériff – Chériff : né le 9 janvier 1902 à Clermont l’Hérault (34). Il aurait fait son service militaire mais sa fiche matricule ne figure pas sur le Grand Mémorial et l’on ne sait pas eu il fut recensé. Il se marie le 3 janvier 1939 avec Emilienne Catays. Après 1952, il vit avec Jeanne Louise France Corfdir plus connue sous le nom de Jeanne Corfdir dite Jeannette Mac Donald, une célèbre dompteuse. Il serait décédé en Algérie en 1948.

Chériff

Chériff - militaire

Ali Dompteur

8 / Ali : né le 8 février 1902 à Rennes (35). Dompteur comme ses frères, il se marie une première fois avec Renée Alberte Alexandra Céline Courtault. Elle est la fille de Paolo Guiseppe Courtault et Amanda Erminia Albertine Slesak (Slezak), tous deux écuyers. Puis une seconde fois, après son divorce (1939), avec Jacqueline Lucette Esther à Paris en 1944.

Ali

Les diverses biographies parlent de 12 enfants. J’ai pu localiser 3 filles et 6 garçons.

Ahmed crée un spectacle inédit avec trois de ses fils, avec une fosse aux lions où il fait descendre Amar, Abdellah et Mustapha « le plus jeune dompteur du monde »…

Ménagerie Amar

Cette ménagerie permit à Ahmed Ben Amar de se faire connaître, notamment à la Foire aux Pains d’Épices à Paris en 1909.

Peu à peu,  » Les plus jeunes dompteurs du monde « , comme le proclamaient les publicités eurent de plus en plus de succès et attirèrent un public toujours plus nombreux.

Ahmed décède le 10 mars 1913 à Paris. Marie Gabrielle reprend les rênes avec ses fils. Ainsi naitra le Cirque AMAR.

Pendant la Première Guerre mondiale, la famille disparaît. Les frères Amar n’iront pas se battre.

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, les cirques continuent de se produire après la signature de l’Armistice.

En 1942, Shériff prend son indépendance et monte le Nouveau Cirque de Paris. Il ne peut se prévaloir du nom d’Amar, ses frères et sa mère étant contre ce projet. Il s’engage à ne pas faire concurrence à ses frères.

Le statuts du Cirque Amar sont modifiés et transférés 2 avenue Ségur dans le 7ème arr. de Paris en 1942 puis à nouveau en 1946, au 15 rue de Trévise à Paris 9ème arr. Mustapha continue de gérer la partie administrative, Amar Aîné est le patron de la tournée, Ali celui de la ménagerie.

 

C’est Mustapha qui lui donnera  sa dimension internationale avec des tournées en Europe et au Maghreb.

 

En 1949, les 3 Frères Amar investissent dans l’achat d’un terrain sis au 11 rue de la sourderie – Blois .

Ils y construisent des bureaux, ateliers, hangars… mais aussi des pavillons pour les cadres de l’entreprise et un immeuble pour le personnel.

Le 3 février 1954, Marie Gabrielle décède à Blois (où le cirque remisait l’hiver), au 2 rue de la sourderie.

Le cirque ménagerie des frères Amar, qui fut vite un des meilleurs cirques français jusqu’en 1968, année où Mustapha se retira des affaires. Des administrateurs sont nommés ce qui mènera en 1973 à une faillite.

C’est alors que les Bouglione entrent en scène. Firmin, l’aîné des fils du « roi du cirque » Joseph Bouglione, devient propriétaire de l’enseigne qu’il exploitera avec son fils Alexandre jusqu’en 1985, avant que ce dernier ne monte un chapiteau en Belgique.

En 1991, la famille Rech-Brand trouve un accord avec Firmin Bouglione et exploite l’enseigne.

En 1996, l’exploitation de l’enseigne Amar revient à famille Falck. Au printemps 2018, la tournée est stoppée. La société des Falck est en liquidation. Ils repartent à la fin de l’été sous leur propre nom.

Ainsi va la vie des cirques !

Est-ce la fin d’Amar? seuls le temps et la famille Bouglione le savent.

Retrouver l’arbre généalogique sur Généanet :

Demain William Victor Foottit nous conduit dans l’ascendance d’ Alexandre Bouglione.

Le cirque Amar en 1982 – Maroc

 

[1] Article à venir

Sources : Mucem – Archives de l’ Etat Civil (75 – 59- 56 – 27 – 35 – 34 – 51 …) – Le Blog note de Cirk75 – Archives de la ville de Blois – Histoire par l’Image – Département de la Lozère – Photos personnelles –

 

Publicités

12 réflexions au sujet de “A comme AMAR”

    1. Merci à vous de m’avoir lu. Il y a encore beaucoup de recherches à faire en Lozère notamment. N’hésitez pas à me contacter si vous avez des infos.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s